forum sur la série torchwood dérivée de la série doctor who
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Passionnément Passionné - Chapitre 6 à 10 - PG13 et NC 17 à la fin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Space
soigneur de myfanwy
avatar

Nombre de messages : 45
Localisation : spacejanto@gmail.com
Pairing préféré : Jack/Ianto
Date d'inscription : 12/02/2010

MessageSujet: Passionnément Passionné - Chapitre 6 à 10 - PG13 et NC 17 à la fin   Lun 30 Avr - 20:52

Disclaimer : Les personnages ne m'appartiennent pas, je ne fais que les emprunter. Merci à Russel T Davies et à la BBC de les avoir créés.

Résumé : Premiers émois entre Jack et Ianto.



PASSIONNEMENT PASSIONNE



Chapitre 6 : Plan d'approche


Une fois tout le monde réuni autour de la grande table, Jack prit la parole dans un dernier effort.

— Il nous faut récupérer cet alien. Et si nécessaire, nous irons le chercher sous la falaise, ordonna-t-il.

— Je peux y aller avec Gwen ! Proposa Ianto. Je me débrouille assez bien en plongée. Qui plus est, j'ai déjà exploré certaines cavités se trouvant sur le site.

—C'est une blague ! Lança Gwen.

—Non, pas du tout ! Poursuivit Ianto. J'ai pratiqué la plongée quand j'étais ado, j'ai même mon brevet ! Et lorsque je suis arrivé à Cardiff, ma curiosité l'a emporté sur l'eau glacée et je me suis inscrit pour une excursion avec le Club de plongée local. Ces galeries sont presque totalement immergées et dans l'obscurité la plus totale.

— Hé bien tu vois, Gwen ! Même Ianto a des « corones » ! Renchérit Owen mort de rire devant l'air surpris de Gwen.

— Ce n'est pas parce que Ianto est jeune, réservé et calme qu'il ne manque pas de courage ! Poursuivit le Capitaine.


— Il semblerait pourtant que certaine en doute ! Reprit Ianto sur la défensive.

— Peut-être, mais moi je sais que tu as tout ce qu'il faut là où il faut ! Répondit Jack d'une voix suffisamment forte, en se penchant vers le jeune homme assis près de lui.

Tosh ne perdait pas une miette de la discussion et se régalait de voir son ami ainsi défendu par le Capitaine. « Et une Gwen en boite ! Une ! ».

— Il semblerait que Ianto soit tout à fait apte à diriger la mission, poursuivit Jack. Conclusion : Gwen, tu seras sous ses ordres durant cette mission ! Il semble évident que cette bestiole est dangereuse et il est tout aussi évident que ni Owen, ni moi-même, ne pourrons vous accompagner pour l'instant. Ianto! Tu as dit connaître les responsables du Club ! Peux-tu les contacter au plus tôt afin d'obtenir tout le matériel nécessaire ?

— Oui, Capitaine.

— Dans ce cas, tout doit être prêt pour demain matin,y compris le bateau !

— Heu Jack ! Parlant de bateau ! Ton sauvetage a nécessité le sacrifice de ce magnifique in-bord ! Tu sais, le « bébé » du monsieur ! Ajouta Tosh l'air faussement outré.

— Oh ! Et bien ! Gwen, tu vas contacter le propriétaire et faire les démarches nécessaires au remplacement de son bateau ! Tosh ! Je veux une cartographie sous marine très précise que Ianto pourra utiliser sous l'eau. GPS immersible par exemple…
Ah ! Ianto ! Au cas où ! Trouve-moi un vieux bateau pour demain, s'il te plait ! Répondit Jack les mains jointes.

_ Bien chef !

— Alors au boulot ! Ordonna le Capitaine.

Tout le monde se leva pour rejoindre son poste, mais Jack attrapa Ianto par le bras.

— Je t'ai donné cette mission car tu as besoin de t'affirmer dans l'équipe et parce que je pense que c'est toi qui possède le plus de compétences dans le cas présent. Mais je dois te préciser que ça ne me plait pas du tout de rester ici et de te savoir là-bas.

— Je ferais attention, Capitaine.

— Tu as intérêt de revenir intact, dit Jack en l'attirant à lui. Tu sais que je vais mourir d'inquiétude ?

— Chacun son tour, Monsieur ! Murmura le jeune Gallois en plaçant une main de chaque coté du visage de son supérieur. Puis il déposa un léger baiser sur les lèvres de ce dernier. Avec timidité, le baiser devint plus profond, plein de douceur et de tendresse. C'était un baiser pour dire « je t'aime ». Un baiser qui permettait de déverser tout un flot d'émotions longtemps contenues, car jamais Ianto ne s'imaginait dire son amour à son supérieur.

Le Capitaine se laissa aller et répondit tout aussi tendrement. Ianto venait enfin vers lui. Il le sentait rempli d'hésitations mais aussi de passion, de désir et peut-être même, osait-il l'espérer, d'amour.
Lorsque le baiser prit fin, Jack plongea son regard azur dans celui bleu gris de Ianto.

— Je veux que tu fasses vraiment attention, Ianto ! Dit doucement Jack en le tenant par les hanches.

— Je ferais vraiment attention.

— Si tu savais comme je commence à regretter de t'avoir envoyé sur cette mission ! Chuchota le Capitaine en déposant un petit baiser dans le cou de Ianto.

— Je n'ai pas envie de vivre enfermé ! Répondit le jeune homme à voix basse.

— Je sais ! Mais je crois que je n'ai pas fini de m'inquiéter !
Tout en parlant Jack avait glissé ses mains sous la chemise de Ianto et caressait doucement sa peau. Ianto frémit et Jack sourit.

— Il faut que j'aille m'allonger. Ordre du médecin ! Tu veux venir avec moi ? Dit-il avec un sourire charmeur.

— Il faut que je prépare la mission … mais je veux bien vous rejoindre dés que j'aurai fini ! Continua Ianto d'un petit air coquin.

Le Capitaine finit par relâcher le jeune homme qui partit poursuivre son travail.
Ianto se rendit dans le bureau de son supérieur et composa le numéro de téléphone du Club de plongée de Cardiff.

— Allo ! Semek ! C'est Ianto Jones à l'appareil. Tu te rappelles de moi ?

— Ianto Jones ! Mais bien sûr ! Comment aurais-je pu oublier un plongeur aussi sexy, répondit une énergique voix féminine.

— Heu ! Oui ! Merci !

— Dis donc ! Il paraît que c'est toi qui as fait suspendre les activités du Club ? Dit Semek d'une voix faussement outrée.

— Oui, la zone est vraiment dangereuse. Je suis désolé.

— Bah ! T'inquiète pas ! De toute façon, vu le froid, on tourne à vide en ce moment. Alors que me vaut le plaisir de t'entendre ?

_ C'est simple ! J'ai besoin que tu m'organises une plongée pour deux et pour demain matin !Lança Ianto d'une voix ferme.

— Mais tu viens de me dire que c'était dangereux !

— Justement, je dois sécuriser le site et j'ai besoin de toi ! Boulot ! Boulot !

— Mais tu bosses pour qui ? Questionna la femme à l'autre bout de la ligne.

— Torchwood. Tu n'as pas le choix, Semek !

— Tu bosses pour Torchwood ! C'est pas vrai ! J'le crois pas !

— Semek ! Deux tenues complètes pour demain 10h. OK ! Ah j'oubliais ! Pour nous rendre sur place, vise plutôt sur une vieille coque ! Merci.

— A demain Ianto.

Le jeune homme raccrocha sans attendre. Jack s'était installé sur le canapé durant la conversation. Il avait assisté à une bonne partie de l'entretien et il était surpris par le pouvoir décisionnaire de son employé.

_ Mais tu pourrais presque me remplacer, dis donc ! Lança Jack.

— Ce n'est pas mon intention, Capitaine.

— Et c'est quoi, ton intention ?

— Obéir et servir !

— Alors approche ! Murmura Jack.

Ianto s'approcha de son supérieur un petit sourire aux lèvres et s'assit sur le bord du canapé. Jack l'attrapa immédiatement par la taille et le bascula sur lui. Ianto dut mettre ses deux mains à plat de chaque coté de la tête du Capitaine afin de ne pas tomber. Le jeune homme était hypnotisé par le regard de son supérieur.

Il se pencha doucement et alla poser ses lèvres sur celles de Jack. Ce dernier le laissa faire quelques instants puis n'y tenant plus, passa une main sur la nuque de Ianto. Le baiser devint plus profond et tous deux se laissèrent emporter. Les souffles devinrent de plus en plus courts. Tout deux gémissaient à l'unisson. Le Capitaine ne put se retenir d'onduler contre le corps brulant de Ianto. Au début, surpris par toutes ses sensations nouvelles, Ianto chercha à s'écarter, mais deux mains fermes le retinrent. Il se laissa retomber sur le torse musclé de son Capitaine et se laissa emporter par ses émotions. Les mains de Jack se dirigèrent vers la ceinture du jeune homme, qu'il déboucla prestement. Ianto sentit son Capitaine s'attaquer à son pantalon et gémit de plus belle. Jack n'avait plus qu'une envie : donner du plaisir à son jeune Gallois.
Soudain Ianto sentit la main chaude de son Capitaine sur son ventre puis sur sa virilité déjà bien dressée. La main de Jack avait passé la barrière du boxer et le caressait d'un mouvement lent. Le jeune homme se sentait partir.

— Capitaine … Ah.... Non..... Je ne …..

— Chut ! Laisse-toi aller, mon ange ! Laisse-toi aller ! Viens ! Lui murmura Jack à l'oreille.

C'étaient les mots que le jeune homme attendait et dans un long cri rauque, il se libéra dans la main de son Capitaine. Jack le vit fermer les yeux. Mon dieu, qu'il était beau dans le plaisir, la bouche ouverte, le corps tendu, les cheveux humides. Une fois le moment d'extase passé, il garda le jeune homme dans ses bras. Ce dernier reprenait doucement son souffle et il était clair qu'il n'osait pas regarder son supérieur.

— Ianto ! Ça va ?
Ianto se contenta de secouer la tête dans l'affirmative.

— Tu regrettes ?
Ianto secoua la tête dans la négative.

— Tu ne comptes plus jamais me parler ? Tenta Jack pour alléger l'atmosphère.
Il entendit un petit rire.

— Embrasse-moi au lieu de te cacher ! Poursuivit Jack.

Le jeune homme leva la tête et lorsqu'il vit le regard rempli de tendresse de son Capitaine, il s'empressa d'obéir à son chef. Tout en répondant à son baiser, Jack le rhabilla d'une main experte afin de ne pas augmenter sa gène.

— Merci, murmura Ianto.

Jack répondit par un baiser sur la tempe. Ianto avait l'impression que son cœur allait exploser.
Le calme faisant, les deux hommes s'endormirent l'un contre l'autre.

Ils se réveillèrent en milieu d'après midi. Bien que la curiosité du reste de l’équipe avait atteint son maximum, personne n'osa poser de question sur la « disparition » des deux hommes durant une partie de la journée. Durant le reste de l'après-midi, Ianto finit de mettre en place les derniers préparatifs.




Chapitre 7 : Départ en mission


Le lendemain, la tension était à son comble. L'équipe se rendit à pieds devant le Club de plongée.
À peine étaient-ils arrivés qu'une jeune femme se jeta au cou de Ianto.

— Bonjour Ianto ! Dit-elle en prenant son temps pour déposer deux baisers sur les joues bien rasées du jeune homme.

— Bonjour Semek ! Répondit Ianto souriant.

Les autres observaient la scène, avec surprise pour Owen et avec une pointe de jalousie pour Jack.
La jeune femme semblait vraiment apprécier son Gallois. Jack coupa court à ces effusions en tendant la main.

— Capitaine Jack Harkness !

— Enchantée, Capitaine. Si vous voulez bien me suivre, tout est prêt à l'intérieur !

— Hé ! Yanni ! Ils sont arrivés ! Viens me donner un coup de main ! Lança-t-elle en direction de l'arrière salle.

Un tout jeune homme se présenta à eux. Il n'avait pas plus de vingt ans.

— Je vous présente Yanni, il va se rendre là-bas avec nous. Il connait bien les galeries et pourra aider Ianto ! Poursuivit la jeune femme.


— Bonjour Yanni ! On s'est croisé une fois ou deux, je crois ! Dit Ianto en serrant la main du jeune homme.

— Oui monsieur. C'est moi qui ai rechargé vos bouteilles après les plongées. Je vais commencer à charger le bateau ! Répondit-il en portant les bouteilles d'oxygène sur son dos.

— Je vais vous aider ! Lança Tosh. Je prends le grand sac, là ?

— Oui merci. Ce sont les palmes, les masques et les détendeurs. Merci.

— Gwen ! Viens avec moi, on va s'équiper ! Proposa Ianto.

Et tout le monde passa dans l'arrière-salle.

— Voilà pour toi Ianto et pour vous mademoiselle ! Annonça Semek en leur tendant leur combinaison respective.

— On doit les mettre maintenant ? Demanda Gwen.

— On ne peut pas s'équiper sur le bateau, c'est trop instable.

— Je vois ! Jack, Owen, vous pourriez peut-être nous laisser ? Proposa Gwen.

— Ces combinaisons sont très moulantes et vous risquez d'avoir besoin d'aide, n'est ce pas Owen ? Répondit Jack son sourire charmeur en direction du jeune Gallois.

— Jack a tout à fait raison, Gwen !

— Whouai ! Fit Gwen l'air sceptique.

La pièce possédait des bancs le long de trois de ses murs. Ianto et Gwen prirent chacun un banc opposé. Ianto se tourna vers le mur et commença à retirer ses chaussures et ses chaussettes, puis se fut le tour du blouson en cuir, du pull et de la chemise.
Le froid le saisit rapidement. Il sentait le regard du Capitaine dans son dos. Jack, de son coté, était subjugué par ce qu'il voyait. Lorsque Ianto se retourna, il vit le regard brulant de désir de son Capitaine. Depuis la veille, il ne faisait que penser aux caresses de Jack sur son corps. C'est vrai que Jack avait pris sur lui et n'avait pu se satisfaire. Son manteau fermé lui permettait de masquer son désir.
De son coté Gwen était déjà en maillot une pièce. Ce dernier mettait en valeur sa poitrine généreuse et c’est sous le regard brillant d’Owen qu’elle enfila sa combinaison.

Ianto retira son jean et se retrouva en maillot short vichy bleu aux yeux de tous. Ils furent surpris de le voir si élancé. Il était carré et musclé, mais ses muscles étaient longs et finement dessinés.

Jack qui découvrait pour la première fois le corps du jeune homme était subjugué par sa beauté et son désir se faisait grandissant.
Tosh et Semek semblaient elles aussi le trouver à leur goût.

— Je vais t'aider Ianto ! Proposa Semek en s'approchant de lui.

— Jack ! Tu peux m'aider, s'il te plait ! En profita Gwen.

Gwen dut s'assoir pour enfiler les jambes dans le néoprène si étroit. Jack l'aida à faire passer ses pieds à travers les orifices, mais il n'avait pas la tête à ce qu'il faisait. Il se retournait constamment, ne pouvant quitter Ianto du regard. Gwen s'en aperçut et se pencha en avant en prenant appui sur les épaules de son Capitaine, ses seins bien en évidence sous le nez de Jack.

— Dis, tu ne m'aides pas beaucoup là ! Se plaignit-elle.
Jack, que la situation commençait à énerver, se redressa et tira la combinaison d'un coup sec vers le haut. Gwen cria et Jack répliqua :

— Ça y est ! Tu vois ! Y'a pas de quoi en faire un fromage !

Tosh, qui, comme souvent, avait assisté à toute la scène et qui suivait les manigances de Gwen depuis le début, ne put s'empêcher de rire; surtout qu'elle avait bien vu le regard que Jack posait sur Ianto.
Gwen lui jeta un regard noir.
Le Capitaine aida Gwen à enfiler le haut de la combinaison, mais cette fois la position debout lui permettait de suivre Ianto du regard. Et ce qu'il vit le laissa sans voix.
La propriétaire du club se trouvait à genoux devant Ianto, lui-même assis sur le banc. Elle avait ses deux mains posées sur les cuisses du jeune homme.

— Tu sais Ianto, je suis contente de te revoir. Peut-être qu'après cette mission on pourrait aller boire un verre ?

— Je ne sais pas si nous aurons le temps, tu sais ! Répondit-il.
Semek caressait doucement les cuisses de Ianto.

— Aide-moi, s'il te plait ! Reprit-il.

Elle arrêta son geste et tira doucement sur la combinaison. Arrivée en haut de ses cuisses, elle lui prit les mains pour le mettre debout, et sans lui laisser le temps d'agir, elle remonta le vêtement sur son bassin. D'où il était, Jack ne voyait pas tout, mais il avait bien vu les mains de la jeune femme disparaître vers les reins de son Gallois.
Semek prenait son temps, indubitablement. Elle plongea ses yeux d'un beau vert dans les beaux yeux bleus de Ianto.
Ce dernier était de plus en plus gêné. Finalement, Semek finit par l'aider à passer les bras. Elle passa derrière lui et il sentit les mains de la jeune femme lui caresser le dos et descendre lentement vers ses reins. Puis il entendit Semek souffler et le zipp se refermer jusqu'à sa nuque.

Jack n'en avait pas perdu une miette. Tout le monde sortit sur le quai. Au passage, Jack ne put s'empêcher de glisser à l'oreille de Ianto :

— Alors on se fait tripoter !

Comme à son habitude, le jeune homme s'empourpra.
Ils se rendirent à leur embarcation en compagnie de Tosh et Yanni. C'était un bateau pêche-promenade. La cabine de pilotage était au centre, ce qui laissait beaucoup de place à bord. Le matériel fut posé sur l'arrière et chacun s'installa. Semek prit les commandes. Les deux plongeurs grelottaient de froid, malgré leur épaisse combinaison étanche. Yanni sortit trois épaisses couvertures. Il en donna une à Ianto et une à Gwen.

— Celle-ci est pour moi, leur dit-il. Je vais vous accompagner, je connais très bien les lieux.

Et il commença à retirer ses vêtements. On sentait le professionnel.
Il eut très vite terminé d'enfiler sa combinaison de plongée malgré le léger tangage du bateau.
Le Capitaine s'approcha de Ianto qui était emmitouflé dans la couverture.

— Ça va aller, tu es sûr ?

— Yep !

— Je te promets de te réchauffer ce soir ! Si tu es sage bien sûr ! Lui glissa Jack.

— Et je dois faire quoi pour être sage ? Questionna Ianto.

— Ne pas te faire blesser par exemple, dit Jack en le prenant dans ses bras.

— Heu ! Capitaine ! Fit Ianto en indiquant les autres passagers du menton.

— M'en fous ! Répondit-il en posant ses lèvres sur les cheveux du jeune Gallois.

Le navire arriva très vite à une distance raisonnable de la falaise. Semek coupa le moteur et jeta l'ancre.

— La première entrée se trouve devant nous à environ trois mètres de profondeur, puis il y a un coude et la galerie remonte jusqu'à une première salle, lança Semek.

— Alors on s'équipe et on plonge, poursuivit Ianto.
Yanni aida Gwen à enfiler les palmes, les bouteilles et la ceinture de plomb.

Pendant ce temps Jack lui fixa un poignard au mollet droit, et un pistolet fuseur à la cuisse. Alors que Ianto enfilait son équipement, il fit de même sur le jeune homme. Celui-ci rajouta un GPS immersible à son poignet.

Une fois les bouteilles sur le dos, les lampes frontales en place et les détendeurs testés, Gwen, Yanni et Ianto s'assirent sur le bord du bateau, prêts à se laisser glisser dans l'eau glacée.
Après un dernier regard à son Capitaine, le jeune Gallois lança :

— Go !

Et les trois plongeurs disparurent dans les flots.

Ianto prit la tête de l'expédition, suivi de la jeune femme. Yanni fermait la marche.
Ils descendirent immédiatement à trois, quatre mètres de profondeur afin d'être un peu moins entrainés par la violence des flots. Grâce au GPS, ils trouvèrent très facilement l'entrée de la galerie. Ils remontèrent le long du tunnel immergé et arrivèrent dans une petite salle. Là, il y avait de l'air et ils purent retirer leur masque et leur détendeur un instant.

— Comment ça va, Gwen ? Demanda Ianto.

— Ça va ! Mais je trouve que c'est oppressant ! Répondit-elle.

— Cela fait toujours cette impression au début, annonça Yanni.

— Bon ! Le GPS détecte du mouvement dans cette direction et la galerie continue justement par là ! Indiqua d'un geste de tête le chef de l'expédition. Gwen ! Quand tu me vois sortir mon fuseur, tu fais pareil ! OK ?

— OK !

L'équipement fut remis et ils se glissèrent dans une nouvelle galerie. Cette dernière était beaucoup plus étroite que la première. Ianto avançait plus lentement, car par endroit, ses épaules touchaient la paroi. Gwen ne le quittait pas des yeux. Lorsqu'elle vit Ianto se saisir de son arme, elle se dépêcha de sortir la sienne. A présent le passage se faisait plus large. Ils entendirent un cri aigu. Gwen et Yanni en eurent froid dans le dos. Ianto se déplaçait maintenant au ralenti et tournait la tête de droite et de gauche. D'un coup, le cri se fit plus fort. La concentration était au maximum. Soudain, un être de forme oblongue arriva sur eux à une vitesse fulgurante. Ianto eut juste le temps de s'écarter en attrapant Gwen par le bras, mais Yanni fut heurté violemment. Ianto tira et toucha sa cible de plein fouet. En s'approchant de Yanni, ils s'aperçurent qu'il était inconscient. Alors que Gwen tenait ce dernier dans ses bras, Ianto s'approcha de la créature. Il ne put que constater avec effroi qu'il venait de tirer sur un phoque. L'animal avait du être dérangé dans sa cachette et avait cherché à fuir devant l'intrusion.
Dégoûté, Ianto fit signe à Gwen de poursuivre son chemin. Chacun attrapa Yanni par un bras. Ianto semblait savoir où il allait. Tout doucement la galerie remontait. Après quelques minutes, ils débouchèrent dans une grande caverne à l'air libre.
Ils sortirent de l'eau en entrainant leur camarade inconscient. Une fois les détendeurs retirés, Ianto ramena le jeune homme à lui en tapotant ses joues.

— Yanni ! Yanni !

— Ianto ! Cria ce dernier en se jetant dans les bras de Ianto. Qu'est ce que c'était ?

— Un phoque ! Répondit Ianto en refermant ses bras autour de lui. Le jeune Yanni était pris de tremblements et Ianto ne comptait pas le laisser tomber.

— J'ai besoin de toi, Yanni, lui dit Ianto avec douceur. J'ai un doute. Si l'on prend la galerie de droite, c'est bien celle qui mène à la faille du diable ? La galerie de gauche est celle qui communique avec l'extérieur et qui donne sur les rochers ?

— Oui, mais ce n'est pas possible que votre créature soit allée vers la faille, c'est trop profond !

— C'est une créature aquatique ! Lui annonça Gwen.

— Le GPS ne détecte plus aucun mouvement pour l'instant, annonça Ianto. Je propose que l'on fasse une pause et que l'on attende le retour de cet alien !




Chapitre 8 : Traque


Une bonne heure s'était écoulée lorsque le GPS bipa.

- Tu crois que c'est lui ? demanda Gwen en dirigeant son regard vers l'appareil de mesures.

- Je n'en sais rien mais préparons-nous ! Ordonna Ianto.

Tout le monde se remit debout, l'arme au poing. Le signal venait du coté de la faille et se déplaçait rapidement. Les regards étaient tendus et les souffles courts.
Des bulles apparurent à la surface de l'eau. Soudain, une créature à la peau gris bleu se dressa devant eux.

Sa tête était recouverte d'une crête d'un bleu métallique qui semblait descendre le long de son échine. La créature poussa un cri strident en les regardant de ses grands yeux ovoïdes.

Au moment où Ianto tira, elle se retourna et plongea toutes griffes en avant. Ianto plongea immédiatement à sa suite, suivi un court instant plus tard par Gwen et Yanni. Sous l'eau, la créature se déplaçait rapidement. Ianto finit par la perdre de vue. Il scrutait les profondeurs autour de lui lorsque la créature se jeta sur lui et il n’eut pas le temps de réagir.
Elle lui assena un magistral coup de griffes en travers de la cuisse. La douleur fut fulgurante mais Ianto réussit à se maîtriser afin de ne pas hurler dans son masque. Un nuage de sang apparut et se dilua rapidement dans l’eau de mer. Alors que la créature revenait à la charge, Gwen visa et tira. Elle toucha à l'épaule l’alien qui tourna sur lui- même en hurlant de façon stridente. Le cri leur déchira les tympans. Ianto se sentit partir. Yanni s'en rendit compte et passa son bras autour du torse du blessé afin de plaquer son dos contre lui. La créature cessa soudain de tournoyer et se dirigea droit sur Gwen. Ianto reprit ses esprits à temps pour tirer un peu au hasard, il faut bien le dire. Mais le tir toucha sa cible au flanc. L'être aquatique finit par battre en retraite en direction du couloir de sortie de la grotte. Les trois plongeurs firent demi-tour. Yanni aida Ianto à sortir de l'eau. Sa cuisse était sérieusement entamée. Il retira ses palmes et son masque. Tout en boitant, il se dirigea vers la galerie où avait disparu l'alien.

- Par ici ! Cette galerie donne sur l'extérieur ? C'est bien ça, Yanni ?

- Oui, mais nous allons déboucher à mi hauteur de la falaise et la descente est assez abrupte. Je ne sais pas comment tu vas faire ! Répondit le jeune homme.

- Ce qui est valable pour nous, l'est aussi pour la créature !

- Effectivement ! Répliqua Gwen. Mais tu es blessé, Yanni a raison !

- Je vous rappelle que je ne suis pas le seul à être blessé ! Et puis hors de l'eau nos chances sont plus équilibrées, souffla Ianto en grimaçant de douleur.

Ils marchèrent une bonne vingtaine de minutes avant de déboucher à l'air libre. Ils se trouvaient bien au dessus de leur point d'arrivée. Soutenu par le tout jeune homme, Ianto commença à descendre tant bien que mal la falaise. La progression sur les rochers était des plus délicates et sa blessure saignait abondamment. Au bout de quelques minutes seulement, il finit par retirer sa ceinture de plongée et par retirer les plombs qui y étaient attachés. Il se sentit soudain plus léger. Il fixa ensuite la ceinture autour de sa cuisse juste au dessus de la blessure. Le serrage du garrot lui arracha un cri de douleur. Gwen l'aida à se relever et ils poursuivirent leur chemin chaotique.

Sur le bateau, Jack tournait comme un lion en cage. Le temps passait et il ne voyait pas réapparaître son équipe. Soudain il vit l'alien déboucher d'une cavité supérieur à mi-hauteur de la falaise. Il se déplaçait penché en avant. Jack comprit rapidement qu'il était blessé : la mission semblait toucher à sa fin.
Mais peu de temps après, sa satisfaction laissa soudain place à l'inquiétude. Il vit son équipe surgir de la même excavation et parmi eux il y avait un blessé. Il blêmit soudain en déduisant rapidement au vu de la corpulence et de la taille de la victime que cela ne pouvait être que Ianto.
Jack prit la paire de jumelles qui se trouvaient sur le tableau de bord. Il assista à la pause du garrot avec un serrement dans la poitrine. Mais lorsqu'il observa le jeune Gallois, il consta avec étonnement et satisfaction, que son visage reflétait l'obstination. Il vit avec fierté Ianto repartir malgré sa blessure.

L'équipe n'était qu'à quelques mètres derrière la créature, mais celle-ci était manifestement dissimulée à ses yeux par un bloc rocheux plus volumineux que les autres. Afin d'attirer leur attention, Jack déclencha une fusée éclairante. La lumière rosée fit effectivement lever la tête aux plongeurs.

Puis ils aperçurent Jack et Owen leur faisant de grands gestes.

- Que veulent-ils? Demanda Gwen.

- Probablement nous dire quelque chose, répondit Yanni.

- Je pense qu'ils ont l'alien en vue ! Dépêchons-nous avant qu'il n'arrive à rejoindre l'eau ! Ordonna Ianto.

Ils accélérèrent le pas, Ianto grimaçant de douleur.
Gwen fut la première à contourner le rocher. Elle aperçut immédiatement l'aliène(alien) trente mètres devant elle.

- Je l'ai en joue ! Lança-t-elle à Ianto.

- Tire ! Ordonna-t-il.

- Mais ... Peur être que … !

- On a pas le choix Gwen, elle est trop dangereuse ! Cria Ianto.

Après un instant d'hésitation, Gwen tira et la créature s'écroula sur les rochers. Yanni réussit difficilement à faire passer Ianto de l'autre coté du rocher, et tous ensemble ils se dirigèrent vers le corps inerte en contrebas.




Chapitre 9 : Seuls au monde


Ianto se pencha sur la créature. Il vérifia rapidement l'absence de vie de l'alien et se laissa tomber sur les rochers. Il sentait ses forces l'abandonner. Il se tourna vers l'embarcation qui approchait, sourit faiblement à l'homme qui l'observait avec attention, ferma les yeux et se laissa doucement sombrer dans l'inconscient.

Sur le bateau, malgré la distance, Jack vit le regard rempli d’émotion de Ianto. Un regard qui semblait dire : au revoir, pardon, j'ai mal, je t'aime, ne me laisse pas. Lorsqu'il vit le jeune homme s'écrouler, une seule chose s'imposa à lui. Il se leva et plongea.

Owen et Semek n'eurent pas le temps de réagir. Le capitaine nageait avec force, emporté par les vagues vers la falaise. Au souvenir cuisant des roches sur ses cuisses, il lutta pour ne pas heurter les récifs du bas de la falaise trop violemment. Malgré la douleur, il réussit à se faufiler dans une anfractuosité de la paroi rocheuse. Il arriva sur les rochers et il parvint à quelques mètres de son équipe.

Il franchit cette courte distance sans quitter des yeux le corps du Gallois. Il s'agenouilla et prit le jeune homme dans ses bras.

- Ianto ! Ianto! Réponds-moi !

Jack lui caressait la joue, les cheveux.

- Reviens ! S'il te plait ! Ne me laisse pas !

Puis le Capitaine se pencha doucement vers lui et l'embrassa. C'était un baiser empli de douceur et de tendresse. Un baiser pour dire « Reviens, je suis là ». Au bout d'un moment il sentit le jeune homme réagir très légèrement. Mais le jeune Gallois n'ouvrait toujours pas les yeux.

- Jack ! Il perd beaucoup de sang ! Il est épuisé ! Il faut le ramener ! Lui dit Gwen avec fermeté.

Jack se releva alors sans un mot et le prit dans ses bras.
Il s'approcha le plus prêt possible des vagues.

- Gwen ! Dis-leur de nous lancer une corde ! Ordonna t-il.


Quelques secondes plus tard, ils virent Semek lancer vers eux un cordage de gros calibre. Au troisième essais, Jack réussit à s'en saisir. Il plaqua le jeune homme contre lui et entoura leur taille avec la corde. Une fois qu’ils furent bien ceinturés, il descendit lentement dans l'eau, tenant toujours fermement le corps tant aimé entre ses bras. Gwen fit signe à Semek et le navire les entraina loin des récifs et des vagues meurtrières. La température glaciale de l'eau fit réagir Ianto qui ouvrit un instant les yeux.

- Jack ! Dit-il dans un murmure. Jack devina ses paroles plus qu'il ne les entendit.

- Je suis là Ianto ! Tiens bon ! Je suis là ! Lui répondit-il dans le creux de l'oreille.

- J'ai mal !

- Je sais ! Je sais, mon cœur !
Et les yeux du jeune homme se fermèrent à nouveau.

Une fois le danger éloigné, Owen tira sur le cordage qui le reliait aux deux hommes tel un cordon ombilical. Ianto fut hissé à bord et allongé à même le fond. Après avoir détaché Ianto, Jack ouvrit sa combinaison de plongé pour la lui retirer. Lorsqu'il défit le garrot, le sang se mit à couler fortement. Le retrait complet de la combinaison moulante ne se fit pas sans mal. La plaie saignait de plus belle. Jack comprima la plaie avec une serviette. Semek lui fit passer deux couvertures avec lesquelles il enroula le jeune homme, puis il le reprit fermement contre lui tout en maintenant la compresse.

- Ianto, Ianto, réveille-toi, lui murmurait-il à l'oreille.

- Capitaine ! Que faisons-nous pour Yanni et Gwen ? Demanda Semek.

- Jack, il faut le ramener à la base au plus vite ! Reprit Owen.

Jack ne voyait plus rien. Il n'entendait plus rien. Seul comptait pour lui le jeune homme inconscient dans ses bras.

- Jack ! Bon sang ! Ressaisis-toi ! Cria Owen. Jack … Harkness … Merde ! Hurla Owen.
Semek ! Dites-leur que l'on revient dans trente minutes ! OK ?

- OK. Les communicateurs fonctionnent encore sans problème. Yanni m'a dit qu'ils pouvaient attendre.

- Alors retour immédiat à la base ! Lança le toubib le regard fixé sur ses deux amis.

Tout alla très vite : Semek conduisit le navire d'une main ferme et rapide, Jack refusa de lâcher le jeune homme qui fut ainsi porté jusqu'à la baie médicale, Semek aidée d’un membre des gardes-côtes, repartit immédiatement chercher les deux autres membres de l'équipe ainsi que le corps de l'alien aidée d'un membre des gardes-côtes.

Une fois que Ianto fut installé sur la table d'examen, Jack retira son maillot short au jeune homme et l'enveloppa dans une couverture chauffante. Puis il se plaça au niveau de sa tête afin de laisser Owen officier. Tout en examinant le jeune Gallois, le docteur Harper ne cessait d'observer son supérieur. Il n'avait toujours pas ouvert la bouche et ne cessait de caresser les cheveux du jeune homme, le regard fixé sur lui.

- Je vais le mettre sous perfusion. Sa tension est trop basse, dit-il à l'attention de son Capitaine. Je vais ôter la compresse et commencer à le suturer, poursuivit-il.

- Je ne veux pas qu'il souffre, souffla Jack. Les mots avaient été prononcés si bas qu'Owen n'était pas sûr de les avoir entendus.

- Il est inconscient, je lancerai l'anesthésie dans la perfusion uniquement si c'est nécessaire, dit-il à tout hasard. Puis il commença à nettoyer la plaie et à la suturer.

Une demi-heure plus tard, il avait presque terminé lorsque Ianto se mit à gémir doucement dans les bras de Jack.

- Je suis là Ian, je suis là! Lui murmura Jack.

Mais Owen injecta une petite dose d'anesthésique dans la perfusion et Ianto se détendit à nouveau.
Quelques minutes plus tard Owen avait terminé. Il apporta une chaise à son Capitaine, baissa les lumières et les laissa seuls. Il rejoignit ensuite les autres afin d'examiner les deux membres restants de l'équipe.
Lorsque Ianto reprit contact avec la réalité, il aperçut au dessus de lui le sourire de son Capitaine:

- Hello bel endormi ! Lui lança-t-il doucement.

- Hello ! Murmura Ianto encore mal réveillé.

- Comment te sens-tu ?

- Tout mou ! Répondit faiblement le jeune homme.

- Ça, je peux y remédier ! Prononça Jack à voix basse, un petit sourire au coin des lèvres.

Ces quelques paroles lui firent monter le rouge aux joues. Jack se pencha alors avec tendresse sur ce jeune homme qu'il aimait tant et l'embrassa. Leurs lèvres se touchèrent avec une douceur infinie. Ianto passa ses bras autour du cou de son supérieur. A travers ce geste Jack sut que Ianto se donnait à lui entièrement. Il l'enveloppa alors dans ses bras : promesse de tendresse, d'amour et de passion.

- Viens, sortons d'ici ! Lui murmura Jack lorsque le baiser prit fin.

Ianto ne lacha pas le cou de son Capitaine et ce dernier le souleva dans ses bras. Jack rejoignit son bureau et installa confortablement le jeune Gallois sur le canapé après l'avoir ouvert.
Il retira la couverture chauffante pour la remplacer par sa propre couette.

- Je peux venir te tenir compagnie ? Demanda Jack.

Le jeune homme fit oui de la tête et Jack vint se glisser sous la couette. Ianto se blottit nu contre lui.

- Tu sais que tu es très tentant ! Dit Jack dont la voix avait baissé d'une octave.

- Alors laissez-vous tenter ! Répondit Ianto tout bas.

Le Capitaine baissa alors son visage vers le jeune homme et plongea son regard dans les beaux yeux bleus qu'il aimait tant. Il y lut autant de désir que d'hésitation. Le baiser qu'ils échangèrent était plein de tendresse et d'amour. Ses mains caressaient le corps du jeune homme : le torse, le dos. C'étaient des caresses faites pour rassurer. Puis Jack laissa glisser doucement ses mains le long des reins et des fesses de son jeune compagnon. Il sentit Ianto frémir sous ses doigts. Il le serra encore davantage. Le souffle court, le baiser devint plus passionné. Jack sentait le corps nu réagir contre lui. Il se déplaça de manière à faire ressentir son propre désir à son amour. Ianto n'arrivait plus à ouvrir les yeux, il gémissait doucement dans les bras de son Capitaine. En faisant attention à ne pas heurter sa cuisse, Jack se mit à tanguer doucement contre son jeune amant si inexpérimenté.
Bien qu'encore habillé, le Capitaine se laissait aller à tanguer encore et encore contre ce corps si longtemps désiré.

Les gémissements de Ianto se firent de plus en plus forts. Le jeune homme semblait se retenir.

- Viens mon ange ... Viens … Laisse-toi aller ...

La voix de Jack était basse, haletante, pleine de désir.
Le visage dans le cou de son supérieur, Ianto se libéra dans un long cri rauque. Bien que n'ayant pu assouvir son désir, le Capitaine caressait d'un mouvement langoureux le dos du jeune homme alangui contre lui.

- Je t'aime ! Osa Ianto dans un murmure si faible que le Capitaine cru avoir rêvé ces quelques mots.

- Qu'est ce que tu dis, mon ange ? Demanda Jack en lui relevant le menton.

- Je t'aime ! Répéta Ianto tout aussi doucement en plongeant dans le regard bleu azur de Jack.

- Je t'aime Ianto. J'aime ton sérieux, ton professionnalisme, ta discrétion, ton regard, ta douceur … ta peau … ton corps … et même ta timidité ! Murmura Jack avec lenteur tout en continuant à caresser le corps tant aimé.
Et c'est souriants que tous deux s'endormirent.




Chapitre 10 : Enfin réunis


Le lendemain, tout le monde se retrouva autour de la table de débriefing. La tension nerveuse était retombée. Les plaies pansées et le moral retrouvé.

- Tosh et moi, nous nous sommes chargées de mettre la créature dans le caisson réservé aux alièns décédés, annonça Gwen.

- Très bien, je vous remercie. Ianto, je souhaite que tu contactes le club de plongée, afin de remercier Semek et Yanni. Leur aide nous a été très précieuse ! Ordonna Jack.

- Heu … serait-il possible que quelqu'un d'autre s'en charge ? fit le jeune homme, l'air plus qu'ennuyé.

- Mais tu étais le chef de mission, c'est donc à toi de les remercier, poursuivit le Capitaine.

- Disons que je crains de ne pouvoir refuser une fois de plus un certain rendez-vous ! Elle est très vorace, Jack ! Dit Ianto en se tournant radicalement et en plongeant son regard dans celui de son supérieur. Sa voix était montée d'un ton, ce qui était très inhabituel chez Ianto.

- Pour sa défense, il est vrai que cette femme a vraiment des tentacules partout … et elle sait les utiliser ! Pouffa Owen.

- Tu ne veux quand même pas d'un chaperon ? Se moqua Gwen.

- Si encore il est rouge ! Éclata de rire Owen.

- Allez ! Je veux bien t'accompagner voir Poulpasse ! Finit par décréter Jack que la situation amusait beaucoup.

- Puisque vous êtes d'humeur joyeuse ce matin, autant en profiter pour vous dire que notre assurance refuse de payer le remboursement du Inbord ! Jack, je crois qu'il faudra y aller de ta poche ! Lança Tosh dans la conversation.

- Quoi ! Mais pourquoi ce refus ? Ronchonna Jack.

- Ils disent que Monsieur Harkness a des goûts de luxe ! Qu'un tel bateau ne rentre pas dans le cadre de matériel professionnel.

- Heu ! Tu crois qu'une jolie barque en bois avec de jolies rames, ça ferait plaisir au monsieur comme nouveau joujou ? Lança Owen qui n'arrivait plus à s'arrêter de rire.

- Ta gueule Owen ! Bougonna le Capitaine qui n'avait plus du tout envie de rire.
Démerdez-vous comme vous voulez, mais si l’un d'entre vous ne trouve pas une solution, vous ferez vos recherches internet sur vos Iphones, vous vous déplacerez à vélo … et plus de café !!!!
ECONOMIES, ECONOMIES, ECONOMIES ! Martela Jack.

- Tu nous autorises encore à baiser ? Répliqua Owen l'air mauvais.

- NON … Uniquement moi !
Et Jack se leva et quitta la pièce d'un air furibond.

- Bon ! Merci Tosh ! Lança Gwen après un moment de silence.

- C'est ce qui s'appelle foutre de l'ambiance ! Conclut Owen.

Jack rejoignit son bureau et claqua la porte derrière lui. Ianto ne savait pas s'il devait le suivre.

Il finit par se décider à le rejoindre. A travers la porte vitrée, il vit le Capitaine assis le dos vouté à son bureau. Lorsqu'il entra, le Capitaine se leva et traversa la pièce à grands pas dans sa direction. Avant même que le jeune homme n'ait pu réaliser, il se retrouva plaqué contre la paroi vitrée et emprisonné dans les bras puissants de son supérieur.

Le Capitaine plongea son regard azur dans le regard bleu profond du jeune homme. Puis il se pencha doucement vers lui et prit ses lèvres avec douceur.

- Excuse-moi, je me suis énervé un peu vite, lui murmura-t-il dans le creux de l'oreille. Ianto ne bougeait pas. Il était hypnotisé par cette voix qu'il aimait tant, par ce parfum qui l'envoutait. Jack poursuivit sur le même ton.

- J'ai eu tellement peur de te perdre, souffla-t-il tout contre sa tempe. J'ai besoin de te sentir prés de moi, contre moi, poursuivit-il tout en caressant les hanches du jeune homme. Ianto se laissa aller contre les puissants pectoraux de son supérieur.

- Viens ! Proposa le Capitaine en le prenant par la main et en l'entrainant vers la trappe menant à sa chambre. Ianto se laissa faire. Seule comptait cette main si chaude qui le guidait. Jack arriva en bas le premier et aida Ianto à descendre afin d'épargner le plus possible sa cuisse.

Sans un mot il lui retira sa veste et sa cravate, puis le reprit contre lui pour l'embrasser. Ianto répondit à son baiser avec tout son amour. Il sentit Jack frissonner. Ce dernier posa les mains sur la boucle de sa ceinture tout en continuant à l'embrasser avec passion. Ianto gémissait doucement contre son supérieur. Tout en poursuivant ses caresses, le Capitaine fit glisser le pantalon de Ianto qui se retrouva en boxer et chemise. Puis il retira rapidement ses vêtements et entraina Ianto sous la couette. Ianto se blottit dans les bras de son amour, alors que Jack posait de multiples baisers dans son cou. Jack ouvrit la chemise avec douceur et embrassa le torse et les épaules du jeune homme, puis il descendit plus bas. Sa peau était douce et chaude.

Ianto se cambra et enfouit ses mains dans les cheveux du Capitaine lorsqu'il sentit ses lèvres sur son ventre. Ianto haletait, gémissait. Il n'arrivait plus à ouvrir les yeux. Le plaisir montait dans ses reins comme dans ceux du Capitaine. Jack se redressa et son corps vint couvrir celui de son jeune amour. Un cri s’échappa des lèvres de Ianto lorsqu'il sentit la puissante érection de son Capitaine. Jack tanguait contre son corps, l'embrassait, le caressait.

- Laisse-moi-t’aimer mon cœur, murmura-t-il d'une voix grave.

Pour toute réponse le jeune homme l'embrassa passionnément. Alors, Jack retira les boxers et prit place entre ses jambes. Il sentit Ianto s'enrouler autour de sa taille.
Tout en l'embrassant, il se remit à tanguer, puis se positionna et appuya légèrement contre l'entrée tant convoitée.
Il attendit de sentir son amour se détendre avant de poursuivre par petites touches. Ianto ne touchait plus terre. Il était partagé entre la peur, la douleur et le besoin de le sentir en lui, de ne faire plus qu'un avec celui qu'il aimait depuis si longtemps. Lorsqu'il fut totalement enfoui, le Capitaine regarda son amour. Il sut à cet instant que l'amour qu'il ressentait pour Ianto serait à jamais gravé dans sa mémoire. Il sut qu'il n'oublierait jamais l'instant où il l'avait fait sien pour la première fois. Alors avec la plus grande douceur, il commença à se mouvoir en lui, à l'écoute de ses gémissements, de ses frémissements... Ianto se laissa emporter sur les ailes du désir, par l'homme qu'il aimait le plus au monde.

La solitude du Capitaine Jack Harkness laissait la place à un avenir empli de passion et de promesses.


FIN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Passionnément Passionné - Chapitre 6 à 10 - PG13 et NC 17 à la fin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passionnément photo
» QUAND LE PASSE RESURGIT ^
» Lio et Noubia : Passionnément 80 (02/09/2007)
» HDR, un peu, beaucoup, passionnément...
» Bérénice Bejo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Torchwood-Passion :: Fanfics :: Français-
Sauter vers: