forum sur la série torchwood dérivée de la série doctor who
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
aviva94
Conquête d'owen
avatar

Nombre de messages : 208
Age : 55
Localisation : Dans les bras de mon Capitaine...
Personnage préféré : Jack et Ianto
Personnage le moins aimé : Gwen
Pairing préféré : Jack/Ianto
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17    Mar 17 Aoû - 10:25

Chapitre 26
Ianto monta rejoindre son amant et lui donna sa tasse, s’asseyant sur le bord de la table de travail.

– Merci mon ange, fit le Capitaine en posant sa main sur sa cuisse, faisant soupirer le jeune homme. Tu vas bien ?
– Oui, j’ai digéré la nouvelle.
– Je sais que c’est loin d’être évident, mais tu n’as plus rien à craindre.
– Tu es sûr de toi. Et si cette drogue n’était qu’endormie.
– Je ne le pense pas, mais de toute façon, Owen a gardé des doses supplémentaires pour le cas où. Ne te fais pas de souci, tout va bien maintenant.
– Bon, je vais y aller, fit Ianto en se relevant. J’ai du boulot.
– Tu vas faire quoi ?
– Finir le rangement des archives et ensuite, je commanderai pour votre repas. Tu voudras quoi ?
– Je te le dirais bien, mais je ne suis pas sûr que tu acceptes, fit l’immortel l’œil coquin.
– Jack, sérieusement !
– Ok, pizza pour moi, ce sera parfait.
– Très bien ! Allez, à plus tard, lança le jeune homme en quittant le bureau.

Il descendit dans les sous-sols et retira sa veste qu’il posa sur une chaise. Il laissa son regard se promener sur les différentes étagères puis vit la mallette. Pendant un instant, il resta sans bouger et s’avança pour prendre un carton, s’efforçant d’occulter la douleur qui lui vrillait l’estomac.

Dans son bureau, le Capitaine suivait ses déplacements par le biais de la CCTV et surprit sa réaction en apercevant la valise. Le coude posé sur le bras du fauteuil et les doigts sur la tempe, il se demandait s’il devait aller le rejoindre puis il le vit tourner le dos résolument à l’étagère et saisir un artéfact.

L’immortel reprit sa lecture des dossiers en attente, mais laissa l’écran allumé, regardant de temps en temps l’image, se souvenant du piège du Gallois lorsqu’il était allé vérifier la caméra qu’il avait, en fait, simplement débranchée.

Une heure plus tard, il referma le dossier après avoir signé le rapport et se leva en voyant son amant, les mains posées sur la mallette, les épaules basses. Il descendit rapidement et poussa doucement la porte, s’efforçant de ne pas surprendre le jeune homme.

– Ian, fit-il en s’approchant. Ian, tu vas bien ?

Le Gallois leva la tête et brusquement pris d’un accès de rage, jeta la valise qui s’ouvrit en tombant sur le sol.

– Ianto, calme-toi, dit l’immortel en le prenant dans ses bras.

Pendant de longues minutes, ils restèrent enlacés puis le jeune homme s’écarta pour aller ramasser les billets. Jack l’y aida, le regardant de temps en temps, voyant ses lèvres trembler sous l’effort qu’il faisait pour ne pas pleurer.

– Tu veux que je m’en occupe ? fit-il en posant sa main sur sa joue.
– Non, ça ira. Je crois que tu as raison, fais ce qu’il faut pour Kara, elle le mérite. Je ne veux plus voir cet argent.
– Très bien ! Je vais en parler au père Erwen.

Lorsqu’ils eurent tout ramassé, l’immortel prit la poignée et se redressa, tirant son amant à lui pour poser un baiser sur ses lèvres puis il remonta dans son bureau et ouvrit son coffre. Il y mit la mallette puis referma, se remémorant la réaction du plus jeune. Il souffrait de le voir ainsi, mais ne savait pas quoi faire pour l’aider. Il décida d’aller en parler à Tosh.

– Je peux te voir un instant, fit-il en arrivant près d’elle.
– Oui, bien sûr !
– Je préfère que l’on sorte si tu veux bien.
– D’accord, mais Ianto ne va pas tarder à revenir, nous déjeunons ensemble.
– Je sais, c’est justement pour ça que je dois te parler.
– Il y a un problème ?
– Pas vraiment, viens avec moi, fit-il en lui prenant le bras pour l’accompagner à la plate-forme de l’ascenseur invisible.

En passant devant Owen, elle lui fit un petit signe et il les regarda monter sans rien dire. Une fois à l’extérieur, le Capitaine se mit à marcher lentement et la jeune femme le rejoignit. Elle voyait bien qu’il hésitait à lui expliquer ce qui le perturbait, mais le laissa prendre la parole.

– Tosh, je voudrais que tu me rendes un service.
– Oui, que veux-tu que je fasse ?
– Ianto a confiance en toi… commença-t-il.
– En toi aussi, Jack, n’en doute pas, le coupa-t-elle.
– Oui, je le sais, mais là, c’est particulier. Il s’agit de ce qu’a fait Meugan !

La jeune femme s’arrêta brusquement de marcher et l’immortel se tourna vers elle.

– Il a encore des réactions dues à la drogue ?
– Non, ce n’est pas ça. Quand nous l’avons cueilli chez lui, Owen avait trouvé une valise pleine d’argent. C’était celui que lui avait donné Ariana pour son travail.
– Oh ! fit-elle.
– Oui et c’est là que ça coince. Il avait trouvé la mallette, mais ignorait ce qu’elle contenait jusqu’à ce matin.
– Et comment il l’a su ?
– Je le lui ai dit, il voulait savoir où la ranger, je n’avais pas le choix.
– Je suppose qu’il l’a mal pris.
– C’est évident, mais j’ai pu le convaincre d’en proposer une partie pour assurer l’avenir de Kara et il a finalement accepté.
– Tu veux utiliser cet argent !
– Oui, pourquoi ? Tu es contre cette idée ? Ianto a souffert, je le conçois parfaitement, mais maintenant, il s’en est sorti et Meugan est mort.
– Mais tu devais la lui rendre la mallette !
– C’est ce que je lui avais dit, mais je ne l’aurais pas fait. Après ce qu’il lui a fait endurer, il était hors de question qu’il vive comme un pacha. De toute façon, n’oublie pas que s’il n’avait pas été tué par Owen, il l’aurait été par sa drogue. Il n’avait donc pas besoin de cet argent.
– Oui, bien sûr, ça va de soi !
– Ianto veut faire plaisir à ceux qu’il aime, c’est pour ça que nous allons voir avec le père Erwen pour constituer une sorte de réserve pour Kara.
– Et le reste, qu’allez-vous en faire ?
– Justement, c’est également pour ça que je voulais te parler. Il ne veut rien garder et j’ai pensé que d’autres pourraient en bénéficier aussi.
– Tu veux que je me renseigne pour des œuvres caritatives, c’est ça ?
– Pas vraiment ! Il était plutôt question de vous en donner une partie pour que vous puissiez vous installer, non, laisse-moi parler, fit-il en voyant la jeune femme ouvrir la bouche pour protester. Je sais ce que tu vas me dire, mais crois-moi, pour qu’il passe à autre chose, il faut qu’il sache que ceux qu’il aime sont heureux. Tu ne vas pas lui refuser ça !

Tosh le fixa sans rien dire, réfléchissant à la façon dont elle pourrait repousser l’offre, mais la lueur de tristesse qu’elle lut dans les yeux de son leader lui fit rendre les armes.

– Si tu crois que ça l’aidera, j’accepte, mais à condition que Owen soit d’accord.
– Très bien, alors parlez-en ce soir et ce midi, essaye de rendre son sourire à Ianto, moi, je n’y arrive pas. Je ne sais plus quoi faire.
– Ne t’inquiète pas. Nous allons parler de beaucoup de choses, je trouverai bien un moyen de glisser ça dans la conversation. Bien, il faut que j’y retourne, il va se demander où je suis passée, fit-elle en repartant vers la plate-forme, le bras accroché à celui du Capitaine qui lui sourit.

En arrivant dans la zone informatique, elle fit un signe à Owen qui la regarda passer puis retourna à son poste en attendant que le Gallois revienne de l’office avec le repas de ses collègues. Quand elle entendit le sas s’ouvrir, elle leva la tête et ferma ses fichiers. Quand le Gallois arriva près d’elle, elle enfila sa veste et envoya un baiser à son fiancé, se dirigeant vers la sortie au bras de Ianto.

– Jack, tout est dans la cuisine, fit-il, bon appétit !

Les jeunes gens pouffèrent de rire en quittant rapidement la base, laissant le leader et le médecin médusés devant tant de gaieté.

Une fois sur la baie, ils se dirigèrent vers la Bayside Brasserie où le Gallois avait réservé une table en terrasse. Quand ils furent installés, le serveur leur laissa la carte du menu et leur proposa un apéritif. Après avoir passé commande, ils commencèrent à discuter. Tosh lui parla de son dernier programme et Ianto l’écouta sans un mot, ravi de déjeuner en sa compagnie.

– C’est pas tout ça, fit-elle, mais ce n’est pas vraiment pour parler boulot que nous sommes là !
– Non, mais on n’est pas pressés.
– Ianto, pourrais-tu me dire ce qui ne va pas, tu me sembles bien triste aujourd’hui. J’espère que ce n’est pas à cause de Jack, sinon…
– Non, pas du tout, la coupa-t-il. Il s’agit d’autre chose.
– Vas-y, parle-moi, je peux peut-être t’aider. De quoi s’agit-il ?
– De Meugan, lâcha-t-il.
– Que veux-tu savoir ?
– J’ai pris une décision et j’espère que c’est la bonne.
– Dis-moi !
– Jack m’a proposé de partager l’argent qu’ils ont trouvé chez lui, une partie pour Kara et une autre pour… vous, finit-il après une hésitation.
– Et tu en penses quoi ?
– Sur le coup, je me suis dit que c’était une bonne idée. Kara ignore d’où il provient, mais pas vous et je ne voudrais pas vous mettre mal à l’aise.
– Écoute, si tu veux mon avis, tu te fais du souci pour rien. Peu importe ce que tu en feras, Jack m’en a parlé tout à l’heure et je dois en discuter avec Owen. Si tu changes d’avis ou s’il n’en veut pas, on pourra toujours le donner à une œuvre caritative.
– Tu ne m’en voudrais pas si nous vous le donnions ?
– Absolument pas ! Je sais d’où il provient et crois-moi, la douleur que nous avons ressentie ne s’atténuera qu’avec le temps, mais Jack pense que ce serait, pour toi, une manière de pouvoir tourner la page.
– Et toi, quel est ton avis ?
– J’avoue, qu’au début, j’ai voulu refuser, mais il m’a convaincue. Il est malheureux, tu peux me croire, il ne sait plus quoi faire. Il t’aime et je suis certaine que s’il avait pu prendre ta place, il l’aurait fait sans hésiter.
– Moi aussi je l’aime, souffla-t-il, mais je pense toujours à ce qu’il s’est passé. Jack m’a dit que c’était la drogue, n’empêche que j’y ai pris du plaisir, finit-il dans un murmure.
– Ianto, cesse de te torturer, d’après ce que j’ai pu comprendre, tu en as aussi pris avec Jack.

Il releva brusquement la tête et allait répondre lorsque le serveur leur apporta leur plat. Lorsqu’il fut reparti, le Gallois regarda la jeune femme.

– Il te l’a dit !
– Oui, il souffrait de te voir dans cet état et ne voulait pas que tu sois sous somnifère en permanence, Owen l’avait prévenu que tu finirais par ne plus le supporter. Il avait même pensé te congeler.
– Quoi ?
– Oui, il se disait que ce serait peut-être une solution pour nous laisser plus de temps pour trouver une parade. Il voulait appliquer le même protocole que pour Thomas.
– Il ne me l’a jamais dit.
– Évidemment, tu crois qu’il l’aurait fait de gaieté de cœur. Il ne savait plus quoi faire. Lorsqu’il s’est rendu compte que tu obéissais à ses demandes pour te faire dormir, il a fait la même chose lorsque tu…
– Ça, je le sais, il me l’a dit, murmura-t-il. Mais je ne me souviens pas de ce que j’ai pu ressentir.

La jeune femme rougit un peu et Ianto s’excusa. Ils continuèrent leur repas, discutant de choses un peu plus légères.

– Et si nous parlions de ton mariage, fit-il pour changer de sujet. Vous avez arrêté une date ?
– Oui, ce sera pour le 27 août.
– Donc en plein été, parfait. Je te propose une chose, pour la mairie, un tailleur et pour l’église, une robe longue avec un voile.
– L’église ?
– Pourquoi, tu ne souhaites pas de bénédiction ?
– Je ne sais pas, je n’en ai pas encore parlé à Owen.
– Et bien, fais-le. S’il n’en veut pas, alors la robe longue pour la mairie, tant pis, mais tu nous priverais du lancé de riz, fit-il en souriant.
– Je te dirai ça quand nous aurons pris une décision.
– Très bien, alors, le plus urgent, c’est la robe. Je connais une couturière qui a des doigts de fée, je vais la contacter pour prendre rendez-vous. Elle ne fait que du sur-mesure et il ne reste que quelques semaines avant la cérémonie, donc, il faut s’y mettre rapidement. Pour ce qui est du voile, j’ai ma petite idée, tu l’auras le jour de ton mariage, tu ne devrais pas être déçue.
– Es-tu sûr que c’est au témoin de s’occuper de tout ça ? fit-elle.
– Non, mais j’aimerai avoir ce privilège si tu veux bien.
– D’accord, répondit-elle après un instant, mais j’y mets une condition.
– Laquelle ?
– Cesse de te torturer pour des soucis qui sont maintenant loin derrière toi, pense à ceux qui t’aiment et va de l’avant.

Ianto la fixa puis détourna la tête, laissant son regard se porter sur la baie puis sur la Water Tower.

– J’ai du mal à oublier, fit-il doucement.
– Tu ne pourras pas le faire si tu ressasses sans arrêt les mêmes pensées.
– Tu as sans doute raison, finit-il par répondre, mais c’est difficile à vivre.
– Si la vie était trop simple, elle ne serait pas aussi excitante, tu ne crois pas ? Pour parler d’autre chose, je peux te poser une question ?
– Oui, bien sûr ?
– Tu t’occupes de mon mariage, mais as-tu envisagé quelque chose pour ton avenir ?
– Comment ça ?
– Tu aimes Jack et lui aussi, cela ne fait aucun doute. Vous vivez ensemble, allez-vous officialiser tout ça ?

Ianto la dévisagea, évidemment que c’était son souhait le plus cher, mais il n’était pas le seul dans l’affaire. Tout s’était déroulé si rapidement qu’il ne voulait pas bousculer l’immortel.

– Je n’en sais rien, tu sais, pour le moment, je me contente de ce qu’il m’offre, pour le reste, on verra.
– Très bien, mais si vous envisagez de franchir le pas…
– Je te demanderai d’être mon témoin, la coupa le Gallois. J’y ai déjà pensé, ne t’en fais pas.

Elle lui sourit et posa sa main sur la sienne puis ils continuèrent à manger. Après le dessert, ils prirent un café et le serveur leur proposa un digestif qu’ils acceptèrent. Avant de quitter le restaurant, Ianto téléphona à la couturière et rendez-vous fut pris pour le lendemain soir puis ils retournèrent au Hub.

Lorsque l’alarme du sas retentit, Jack se posta sur la passerelle et vit son amant entrer, Tosh accrochée à son bras. Sentant son regard posé sur lui, le jeune homme leva les yeux et lui sourit puis se rendit dans la cuisine.

Il distribua les cafés et rejoignit l’immortel, s’arrêtant un instant sur le seuil du bureau pour l’observer.

– Vous avez bien déjeuné ? demanda le Capitaine en le regardant.
– Oui, j’avoue que nous nous sommes régalés. Et vous ?
– Tu sais, une pizza reste une pizza.
– Tu ne t’en plains pas d’habitude !
– Oui, mais tout dépend avec qui je la mange, fit Jack en se levant pour s’approcher de son amant. Alors, de quoi avez-vous parlé ?
– Tu sais très bien que je ne te le dirai pas, ce n’est pas la peine d’insister. C’est entre Tosh et moi, au fait, demain soir, j’ai à faire.
– Ah bon ! Et on peut savoir ?
– Non, mais je ne devrais pas en avoir pour très longtemps, une heure ou deux, tout au plus, je te rejoindrai à l’appartement.
– Très bien !
– Ne boude pas, s’il te plait, tu sais qu’un mariage demande pas mal de préparation et nous n’avons plus beaucoup de temps.
– Pourquoi, tu connais la date ?
– Évidemment, ce sera le 27 août. D’ailleurs, il faudra aussi renouveler ta garde-robe.
– Pourquoi, elle est très bien comme elle est ! Elle ne te plait plus ?
– Si, là n’est pas la question, mais il s’agit d’un mariage Jack, tu ne peux pas y aller avec ton manteau !
– Mais je l’aime ce manteau, fit-il avec une petite moue, et toi aussi d’après ce que je sais.
– Bien sûr, mais… Oh et puis fais comme tu veux, de toute façon, le principal, c’est que tu sois là !
– Ian, je… commença le leader en le prenant dans ses bras.
– Oui, fit le Gallois le cœur battant.
– Non, rien, on verra ça plus tard.

L’immortel n’osait pas poser la question qui le taraudait depuis quelques jours. Comment le Gallois réagirait s’il lui proposait une union ? Depuis que Owen avait demandé Tosh en mariage, il se disait qu’après son installation chez son amant, ce pourrait être dans l’ordre des choses. Mais le jeune homme était encore perturbé par ce qu’il avait subi et il ne voulait pas qu’il prenne sa demande pour de la pitié ou pour une façon de lui faire oublier sa douleur.

– Jack, que me caches-tu ?
– Rien, je t’assure, j’avais pensé à quelque chose, mais c’est sans importance pour le moment. Embrasse-moi, fit-il en passant sa main derrière sa nuque pour l’approcher de son visage.

Ianto prit ses lèvres tendrement, glissant sa langue sur sa bouche pour demander le passage que le Capitaine lui accorda, le serrant un peu plus contre lui. Lorsqu’ils se séparèrent, le Gallois, les yeux brillants, passa sa main sur la joue de son amant et quitta la pièce.
À suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aviva94.livejournal.com/
aviva94
Conquête d'owen
avatar

Nombre de messages : 208
Age : 55
Localisation : Dans les bras de mon Capitaine...
Personnage préféré : Jack et Ianto
Personnage le moins aimé : Gwen
Pairing préféré : Jack/Ianto
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17    Mer 18 Aoû - 7:16

Chapitre 27
Alors que Tosh et Owen s’apprêtaient à quitter la base, l’alarme de la faille retentit et la jeune femme se pencha sur son ordinateur pour lire les données. Le Capitaine descendit rapidement et s’approcha d’elle.

– Des Weevils, Jack, fit-elle en lui donnant les coordonnées.
– Très bien, je vais y aller avec Ianto, rentrez chez vous et à demain.
– Tu ne veux pas que l’on reste jusqu’à votre retour ? demanda Owen.
– Non, ce n’est pas utile. Passez une bonne soirée.
– Très bien, alors à demain ! Bonsoir Ianto, fit Tosh en le voyant arriver.
– Bonsoir, répondit-il en tendant le manteau du Capitaine.

Celui-ci l’enfila et ils se dirigèrent vers le parking. Ils quittèrent le bâtiment et se rendirent rapidement sur les docks. En garant le véhicule, Jack aperçut une créature qui se déplaçait vers un empilement de caisses. Il fit un signe au Gallois qui prit son arme et s’éloigna pour le contourner. Le Capitaine poursuivit son chemin afin de s’approcher de l’alien mais un cri arrêta sa progression et il se mit à courir. Lorsqu’il arriva, le Weevil se penchait sur Ianto qui était au sol et tentait de se dégager. L’immortel tira, touchant mortellement l’assaillant puis rejoignit son amant qui venait de perdre connaissance, la créature lui ayant coupé le souffle en lui tombant dessus.

– Ian, Ian, parle-moi, fit le leader en lui tapotant les joues.

Le Gallois ouvrit les yeux et croisa le regard inquiet de son amant.

– Tu m’as fait peur, fit-il.
– Ça va, répondit Ianto en voulant se relever.

Le mouvement lui tira un cri de souffrance et il retomba sur le dos.

– Où es-tu blessé ?
– J’ai du mal à respirer, fit-il doucement.
– Très bien, alors on va y aller calmement et j’appelle Owen.
– Tu ne vas pas le déranger, il est avec Tosh.
– Tu as besoin de lui, il partira après.

Il prit son téléphone et contacta le médecin, lui expliquant le problème en quelques mots. Celui-ci le prévint qu’il serait au Hub à leur retour et raccrocha.

Le Capitaine aida son amant à se mettre debout et le soutint jusqu’au véhicule puis retourna chercher le Weevil pour le charger dans le coffre.

Quand ils arrivèrent à la base, leur collègue était là et les attendait. Il examina le Gallois et le rassura, il n’avait rien de cassé, mais il lui fallait un peu de repos.

– Je suis désolé Tosh, fit-il en voyant son amie sortir de la cuisine.
– Tu n’as pas à l’être, dit-elle avec un sourire. Ce sont des choses qui arrivent, mais tâche de ne pas te faire trop amocher, je voudrais que mon témoin soit présent à mon mariage !
– Oui, évidemment, j’y serai, je te le promets.
– Pour demain soir, tu es sûr que ça ne posera pas de problème ?
– Non, c’est toi qui resteras debout, fit-il en souriant après avoir surpris le haussement de sourcil de Owen. On va chez la couturière ! finit-il en le voyant ouvrir la bouche.
– Oh ! Alors, pas de problème, mais tu resteras assis, répondit le médecin.
– Bien sûr !
– Veille sur lui Jack, dit la jeune femme en se tournant vers son leader.
– C’est bien mon intention. Et maintenant, sauvez-vous !
– Au fait Ianto, fit Tosh en le regardant, c’est d’accord pour ce que tu m’as demandé !
– Très bien, nous en parlerons demain, répondit le Gallois, s’amusant de l’air surpris de son amant et de son collègue.

Les jeunes gens quittèrent la zone informatique et le silence retomba, laissant les deux hommes, le regard vrillé dans celui de l’autre.

– Comment te sens-tu ?
– Ça peut aller, mais j’aurai du mal à me faire pardonner mon escapade de ce midi, répondit Ianto avec un petit sourire en reboutonnant sa chemise.
– Ne t’en fais donc pas pour ça, je préfère savoir que ce n’est pas trop grave. Nous allons rentrer et tu prendras un bain pour te délasser.

L’immortel l’aida à descendre de la table médicale et lui enfila sa veste. Le leader s’absenta pour aller nourrir les pensionnaires puis revint dans la salle. Ils quittèrent la base, laissant le chien de garde se dégourdir les ailes.

Quand ils arrivèrent dans l’appartement, le Capitaine aida son amant à se déshabiller puis fit couler l’eau dans la baignoire et ajouta des sels parfumés. Prudemment, le Gallois se glissa dans la mousse et ferma les yeux, se laissant envahir par un bien-être agréable. Après avoir passé sa main dans les cheveux du jeune homme, l’immortel quitta la pièce, le laissant se reposer.

Au bout d’un quart d’heure, il revint et passa la tête par l’entrebâillement de la porte, puis poussa le battant en voyant qu’il avait toujours les yeux fermés. Assis sur le bord de la baignoire, il passa ses doigts dans l’eau et constata qu’elle avait refroidi, il fit un ajout d’eau chaude et surprit un sourire sur le visage de son amant.

– Tu te sens mieux ?
– Oui, souffla-t-il en ouvrant les paupières.

Il tendit la main et Jack se baissa, le laissant glisser ses doigts derrière sa nuque pour l’approcher de lui. Leurs lèvres se soudèrent pour un baiser très tendre, puis au moment où le Capitaine allait se redresser, le Gallois le fit basculer dans l’eau, éclaboussant les murs et le sol. Son rire se répercuta dans la pièce et il reprit sa bouche, ses mains partant à la découverte du corps de son amant.

– Ian, tu n’es pas sérieux, Owen t’a demandé de te reposer.
– C’est ce que je fais, mais je préfère être dans tes bras pour ça.
– On aurait pu s’installer sur le lit et en plus, j’ai encore mes vêtements, fit le leader montrant sa chemise mouillée.
– Qu’est-ce qui t’empêche de les enlever ! fit le jeune homme taquin.

Jack le regarda un instant puis se redressa, les jambes toujours dans l’eau et se dévêtit. Ianto se releva un peu et passa sa main sur sa cuisse, remontant vers l’aine, fixant le visage de son amant. Celui-ci, les yeux fermés, appréciait la caresse et se cambra lorsque la main se referma sur son sexe réveillé.

Le Gallois se mit à genoux dans l’eau et commença à lécher la hampe tendue, donnant des petits coups de langue avant de sucer le gland du bout des lèvres. L’immortel gémit et passa ses doigts dans les cheveux du jeune homme, accompagnant le mouvement sur sa verge.

– Hum, Ian…

Le membre enfermé dans la chaude cavité de son amant, Jack se laissait emporter par le plaisir. La bouche allait et venait, le Gallois jouait avec sa langue, passant sur le frein, se gorgeant des gémissements de l’immortel.

De son autre main, Ianto caressait les bourses, glissant ses doigts dans l’entrejambe pour revenir toucher la peau sensible. Il sentait son amant se tendre sous les sensations ressenties et le savait proche de la jouissance. Il accéléra sa cadence puis se délecta de la semence que l’immortel déversa en criant son prénom.

Il continua sa lente succion le temps que les spasmes du Capitaine se calment puis releva la tête, un sourire sur les lèvres. Avec une petite grimace de douleur, il s’appuya au montant de la baignoire, regardant Jack se baisser vers lui.

– Tu n’es pas sérieux, fit-il doucement.
– Je sais, mais c’est aussi pour ça que tu m’aimes ! Et de plus, j’avais promis de me faire pardonner… Tu n’as pas aimé ?
– Comment peux-tu me demander cela ? Tu connais la réponse, mais Owen t’a conseillé de te reposer.

Il passa doucement sa main sur sa joue et le vit frissonner. L’eau était maintenant presque froide, il était temps de sortir pour se sécher. Le Capitaine quitta la baignoire et aida son amant à en faire de même puis lui fit enfiler son peignoir et le frictionna doucement, attentif à ne pas lui faire de mal puis l’incita à aller se coucher.

– Mais j’ai faim, protesta le Gallois.
– Je sais, mais ce soir, tu manges au lit, allez, file, fit-il lui donnant une tape sur les fesses.

L’immortel se sécha et sortit de la salle de bain, une serviette autour des reins puis alla téléphoner. Une demi-heure plus tard, le livreur déposait la commande et Jack ramena le plateau dans la chambre, le posant sur les jambes de son amant.

Ils se régalèrent des plats mexicains qu’il avait commandé et lorsqu’ils eurent fini, le Capitaine alla dans la cuisine. Planté devant la machine, il hésitait et sursauta quand deux bras s’enroulèrent autour de sa taille.

– Je t’ai demandé de rester couché, fit-il.
– Je sais, mais mon bébé semble te poser un problème, répondit le Gallois.
– Non, pas du tout, enfin si, un peu, finit-il par admettre.
– Pousse-toi et mets de l’eau. Je m’occupe du café et je retourne me coucher.
– Très bien, fit l’immortel en saisissant la verseuse.

Quand il eut fini, Ianto quitta la cuisine et retourna se glisser dans le lit. Un gémissement lui échappa et Jack vint le voir précipitamment.

– Ça va aller, fit le Gallois en le voyant inquiet. Je ne suis pas en sucre, je devrais pouvoir survivre !
– Je reviens, fit le Capitaine en quittant la chambre.

Quelques minutes après, il était de retour avec les deux tasses et tendit celle de son amant qui le remercia d’un sourire. Ils burent en silence puis lorsque Ianto eut fini sa boisson, il rendit son mug et s’allongea en fermant les yeux. Le leader alla les déposer dans la cuisine, puis vint se coucher près du jeune homme qui se lova contre lui, passant sa main sur son ventre. Il s’endormit presque aussitôt et son amant s’assoupit à son tour.

Quand il s’éveilla au matin, il croisa le regard du Capitaine qui le détaillait.

– Désolé, je me suis endormi hier.
– Je sais, fit-il en l’embrassant sur le front. C’est ce que je voulais.
– Comment ça ?
– Owen souhaitait que tu te reposes et il m’avait donné ce qu’il fallait pour que tu passes une bonne nuit.

Le Gallois le fixa quelques instants puis s’écarta. L’immortel se pencha sur lui et prit ses lèvres, laissant vagabonder sa main sur sa peau.

– Comment te sens-tu ce matin ? fit-il en lui mordillant le lobe de l’oreille.
– Mieux j’avoue, dit-il en appréciant les caresses.
– C’est parfait alors, soupira l’immortel en continuant sa ballade sur son torse.

Le jeune homme sentit le désir monter dans son corps et se tendit sous les effleurements que lui prodiguait le Capitaine. Il gémit lorsque la langue s’en alla glisser dans son nombril puis descendit vers sa virilité. Lorsque la bouche de son amant se referma sur elle, Ianto laissa échapper un râle et s’agrippa aux draps, tentant de freiner le plaisir qui se faisait pressant.

Son amant passa sa main entre ses jambes, l’incitant à les écarter et caressa son intimité du bout du doigt, appuyant doucement sans jamais pénétrer. Il entendait les gémissements qui le renseignaient sur l’état d’excitation du plus jeune et continua ses allées et venues sur le sexe qu’il tenait fermement.

– Hum… Jack… soupira le Gallois. Hum… hum… je… viens, cria-t-il en laissant la jouissance le submerger au moment où son amant glissa un doigt dans son anneau de chair.

Après quelques instants, le Capitaine quitta le membre radouci pour venir prendre les lèvres de son amour, lui faisant partager le goût de sa semence.

– Ian, susurra l’immortel, j’ai envie de toi mais je ne voudrais pas te faire de mal.
– Ne t’en fais pas pour ça, viens, je veux te sentir en moi, fit Ianto en écartant les jambes pour laisser son amant se positionner entre elles.

Jack mouilla ses doigts avant de les présenter à l’entrée convoitée, pénétrant doucement tout en prenant les lèvres du Gallois, leurs langues se caressant sensuellement. Quand il estima que la préparation était suffisante, le Capitaine prit le lubrifiant dans le tiroir de la table de nuit et en enduisit son sexe puis se posa sur l’anneau de chair, glissant ses doigts sur le torse humide de son partenaire.

Il s’introduisit doucement dans la chaude intimité accueillante et s’arrêta le temps que son compagnon s’habitue à sa présence. Les yeux fermés et la bouche entrouverte, Ianto était un véritable appel à la luxure et Jack prit ses lèvres, s’enfonçant lentement dans son corps jusqu’à être profondément enfoui. Encore une fois, il ne bougea plus, parsemant le visage du Gallois de petits baisers.

Puis il commença de lents va-et-vient, cherchant le centre du plaisir de son partenaire et lorsqu’il le toucha, le jeune homme laissa échapper un râle de bien-être. Régulièrement, il s’appliqua à frapper la prostate, obtenant des gémissements à chaque fois. Peu à peu, il accéléra la cadence, sentant le plaisir prendre possession de ses reins.

Il se saisit de la virilité de son amant et lui appliqua le même rythme que celui de son bassin, surveillant le moment où il allait se laisser submerger par l’extase. Lorsque le Gallois se déversa dans sa main en criant son prénom, le Capitaine se libéra dans le corps de son amant, continuant ses allées et venues malgré les spasmes de jouissance qui le secouaient.

Il passa doucement sa main sur son torse, le caressant du bout des doigts puis se retira pour se coucher près de lui et le prit dans ses bras. Ianto respirait rapidement, laissant paraître des grimaces de douleur.

– Tu vas bien, s’inquiéta l’immortel.
– Oui, j’ai juste un peu mal à mes côtes. Ça va passer.

Jack le serra contre lui, glissant ses doigts dans ses cheveux et attendit qu’il reprenne une respiration plus régulière. Le Gallois se redressa et fixa son amant puis l’embrassa délicatement avant de quitter le lit.

Quelques minutes après, il revint avec deux tasses de café et s’assit près de l’immortel qui passa ses doigts sur sa cuisse tout en buvant le nectar de son amour.

– Aujourd’hui, tu resteras à la base si nous avons une alerte, je ne veux pas que tu sois à nouveau blessé, fit-il.
– Si tu insistes, de toute façon, je dois m’occuper de l’office et ce soir, j’ai rendez-vous avec Tosh.
– Je ne peux toujours pas venir ?
– Non !
– Très bien, je t’attendrai ici alors.
– Oui, nous devons être chez la couturière à 16 h et je ramènerai Tosh chez elle après. J’en aurai pour pas plus de deux heures je pense, de toute façon, si nous avons du retard, je t’appellerai.

Le Capitaine se dégagea de la couette et passa dans la salle de bain. Ianto sentait que quelque chose le dérangeait mais il garda le silence et le rejoignit. Ils prirent leur douche et allèrent s’habiller. Une fois prêts, ils se rendirent au Hub.

Quand ils arrivèrent, Owen et Tosh étaient déjà à leur poste et le médecin retint le Gallois pour l’examiner. Satisfait de son état de santé, il le laissa reprendre son travail, insistant pour qu’il ne force pas.

Jack s’occupa de trouver une famille aimante pour Kara qui fut un peu triste de devoir quitter Cardiff pour Swansea, mais le Capitaine lui promit de venir la voir régulièrement et elle accepta. De plus, il insista sur le fait que ses retours à la vie devaient rester un secret absolu et la fillette promit de garder le silence. Quelques jours plus tard, quand ses parents adoptifs vinrent l’emmener, Ianto leur remit une mallette, leur expliquant la raison de ce cadeau et le couple le remercia chaleureusement.

Quand l’enfant sortit du presbytère, tenant la main de sa nouvelle maman, Jack sentit son cœur s’emballer. La fillette lui avait permis de sauver l’amour de sa vie, mais elle devait s’éloigner, elle avait besoin d’une vie calme avec une famille soudée. Ses facultés particulières avaient complètement disparues, le médecin en avait déduit que ce devait être un effet secondaire de son manque de sélénium. Son taux était revenu à la normale pour son organisme et tout allait pour le mieux.

Kara échappa à sa mère et se jeta dans les bras de l’immortel qui la serra contre lui, caressant tendrement les cheveux.

– Tu ne m’oublieras pas, fit-elle en le regardant.
– Ça me sera impossible, répondit-il une larme perlant au coin de son œil.
– Tu l’aimeras toujours, dit-elle en montrant Ianto.
– Bien sûr !
– Dis, alors tu pourras te marier avec lui, fit-elle innocemment.

Le Capitaine ne répondit pas. Ianto n’ayant pas entendu la question, il se contenta de regarder le jeune homme et posa un baiser sur la joue de l’enfant avant de la conduire à la voiture où ses parents l’attendaient.

Les deux hommes les regardèrent s’éloigner et s’engager dans la circulation puis allèrent saluer le prêtre et rentrèrent à la base.

Les jours passèrent au rythme des interventions sur le terrain et des visites chez la couturière et le grand jour arriva enfin, Tosh était nerveuse et Ianto tenta de la décontracter, lui disant que depuis le temps qu’elle espérait cette issue, celle-ci était enfin à sa portée.

Le Capitaine avait bien évidemment refusé de mettre autre chose que son éternel manteau, mais la jeune femme ne lui en voulait pas. Pour elle, le principal était que ses amis soient auprès d’elle en ce jour si particulier.

Les invitations avaient été envoyées à une vingtaine de personnes, famille et amis, pour les cérémonies qui devaient se dérouler sur deux jours, la bénédiction étant donnée le samedi.
À suivre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aviva94.livejournal.com/
aviva94
Conquête d'owen
avatar

Nombre de messages : 208
Age : 55
Localisation : Dans les bras de mon Capitaine...
Personnage préféré : Jack et Ianto
Personnage le moins aimé : Gwen
Pairing préféré : Jack/Ianto
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17    Jeu 19 Aoû - 12:09

Et voilà, la suite et la fin, merci à toutes de m'avoir suivie jusqu'ici.

Chapitre 28

Tosh avait passé la nuit chez Owen et ils arrivèrent ensemble. Tout comme pour la robe que la future mariée porterait le lendemain, le Gallois avait choisi la coupe du tailleur qui mettait la jeune femme en valeur et elle était coiffée d’un bibi à voilette. Ils rejoignirent Ianto et Jack qui les attendaient avec les invités sur le parking.

En arrivant devant le City Hall, ils purent admirer la grande coupole d’inspiration Renaissance anglaise et française. Ils entrèrent, montèrent l’escalier et détaillèrent le premier palier décoré de statues de marbre représentant des personnages célèbres de l'histoire galloise, des bouquets de fleurs étant disposés au pied de chacune d’elles.

Quand ils pénétrèrent dans la salle, ils se dirigèrent vers leurs places et s’assirent, discutant à voix basse.

L’officier d’état civil entra et ouvrit la cérémonie. Une fois installés, tous écoutèrent la lecture des différents articles du Code civil puis le maire demanda aux époux s'ils avaient fait un contrat. Devant la négative, il invita chacun à se lever pour écouter l'engagement du mariage.

– Monsieur Owen Harper, consentez-vous à prendre pour épouse Mademoiselle Toshiko Sato ici présente ?
– Oui, répondit le médecin en regardant la jeune femme.
– Mademoiselle Toshiko Sato, consentez-vous à prendre pour époux Monsieur Owen Harper ici présent ?
– Oui, fit-elle doucement.

Ianto s’avança et leur remit les anneaux que chacun passa au doigt de l’autre puis ils firent de nouveau face au maire.

– Si quelqu’un a une raison valable de s’opposer à ce mariage, reprit l’officier, qu’il se manifeste ou qu’il se taise à jamais !

Après un instant de silence pendant lequel il regarda l’assistance muette, il poursuivit :

– Au nom de la loi et par les pouvoirs qui me sont conférés, je vous déclare unis par les liens du mariage. Vous pouvez embrasser la mariée, fit-il souriant en regardant Owen.

Celui-ci s’exécuta et prit la jeune femme dans ses bras pour lui donner un baiser.

Les mariés furent invités à signer le registre puis ce fut au tour des témoins. Le livret de famille fut remis au couple qui reçut les félicitations des invités.

Les flashs crépitaient, le photographe engagé par Ianto faisait son travail avec application, prenant le couple et les témoins sous différents angles afin de faire le plus bel album possible.

Tous sortirent au bout d’une heure et rendez-vous fut donné pour le lendemain à l’église Saint Jean-Baptiste pour la bénédiction puis la séance de photos dans Bute Park situé tout près.

Sa main gantée sur le bras de son mari, Tosh était rayonnante. Tous quatre se dirigèrent vers le restaurant qui avait été réservé pour le repas et s’installèrent sur la terrasse qui avait été décorée selon la demande de Ianto. Ils portèrent un toast sitôt que les apéritifs furent servis et Jack glissa ses doigts sur la cuisse du Gallois qui se tendit un peu sous le contact.

Il coula un regard de biais vers son compagnon et surprit un léger sourire tandis qu’il parlait avec les nouveaux mariés. La caresse se fit plus appuyée et Ianto posa sa main sur celle de son amant, lui intimant d’un pincement d’arrêter son geste.

L’immortel le regarda, les yeux brillants puis reporta son attention sur les autres convives. Le repas se passa dans la bonne humeur. Les éclats de rire résonnaient et les autres clients tournaient la tête vers eux de temps en temps, souriant de cette joyeuse ambiance.

Pour le dessert, le serveur apporta des assiettes où se dressaient des petites pièces montées individuelles faites de mini choux. Sur celle de Tosh, il y avait une petite poupée masculine et sur celle de Owen son pendant féminin quant à celles de Jack et Ianto, elles étaient surmontées du T stylisé de l’institut.

Un nouveau toast fut porté et les mariés échangèrent un morceau de leur gâteau respectif sous le flash du photographe qui continuait son travail.

Quand finalement ils quittèrent le restaurant, l’après-midi était déjà bien entamée et les deux hommes accompagnèrent le couple jusqu’à leur véhicule. Le Gallois tendit une mallette à la jeune mariée qui le remercia d’un baiser sur la joue.

– Faites-en bon usage, fit-il à son oreille, au moins que cela serve à vous rendre heureux.
– Merci, dit Owen en venant leur serrer la main avant de fermer la portière de sa femme.

Il s’installa au volant puis démarra, laissant ses collègues les regarder partir. Une autre grosse journée les attendait demain et pour le moment, ils voulaient se retrouver seuls pour savourer leur union.

Ianto se détourna et se dirigea vers l’office de tourisme et Jack le suivit, un peu surpris par sa réaction.

– Ian, ça ne va pas ? demanda-t-il en l’attrapant par le bras.
– Si, pourquoi ça n’irait pas. Ma meilleure amie vient de se marier, tout est parfait.

Il se dégagea et entra dans le bureau puis attendit que son leader ait fermé la porte pour déverrouiller le passage secret. Une fois dans le Hub, le jeune homme descendit dans les voûtes et s’occupa des pensionnaires, passant plus de temps que nécessaire dans la zone des cellules.

Il repensait aux engagements prononcés par ses amis et aurait, à ce moment-là, souhaité être à leur place. Bien sûr, le Capitaine l’aimait, mais pas suffisamment apparemment pour lui demander de s’unir à lui et il avait mal. Finalement, il se reprit, il se contenterait de ce que l’immortel lui accorderait, il l’avait dit à Tosh, ce n’était pas l’idéal, mais au moins, il resterait près de lui.

Quand il remonta dans la zone informatique, son leader n’était plus là et il leva les yeux vers le bureau. La porte était fermée et il décida d’aller faire du café. Au moment où il allait quitter la pièce, son amant entra et le regarda.

– Ianto, ai-je fait quelque chose ?
– Non !
– C’est pour le restaurant, c’est ça ! insista-t-il.
– Non !
– Je vois bien que quelque chose ne va pas, dis-moi, fit-il en le prenant dans ses bras.
– Je t’assure, tout va bien, je suis juste un peu fatigué.
– Tu veux rentrer ?
– Vas-y si tu veux, je vais aller marcher un peu, j’ai besoin de prendre l’air, fit le Gallois en se dégageant doucement.

L’immortel le regarda partir, mais ne tenta pas de le retenir, il sentait que son amant lui cachait quelque chose, qu’il était mal dans sa peau, mais ne voulait pas le harceler.

Discrètement, le Capitaine le suivit à travers les rues de la ville. Il le vit entrer dans le parc et s’arrêter près de l’arbre où ils s’étaient rencontrés la première fois. Le jeune homme posa ses mains sur le tronc et baissa la tête, essayant de réfréner ses larmes. Le leader s’approcha silencieusement et l’enveloppa de ses bras.

– Ian, dis-moi ce qui ne va pas, souffla-t-il dans son cou.

Le Gallois se tourna et fixa ses pupilles azur puis accepta le baiser que l’immortel déposa sur ses lèvres.

– Je t’aime, fit le leader, n’en doute jamais.
– Je t’aime aussi Cariad, je suis désolé…
– Ne le sois pas, tu es bouleversé, c’est normal. Un mariage est un grand changement, mais je suis sûr que Tosh et Owen vont être heureux.
– Je le sais.
– Allez, viens, on rentre, tu as besoin de te reposer un peu.

Le jeune homme acquiesça sans rien dire et suivit son amant qui l’entraîna vers son appartement. En arrivant, Ianto se rendit dans sa chambre et se laissa tomber sur le lit après s’être mis en boxer puis ferma les yeux.

Appuyé au chambranle de la porte, l’immortel le détaillait puis tira le battant pour le laisser dormir, ce qu’il fit peu de temps après.

En début de soirée, Jack passa la tête par l’entrebâillement et constata qu’il n’avait toujours pas ouvert les yeux. Il s’approcha et le regarda quelques instants avant de ressortir pour aller commander le repas.

Vers 22 heures, l’immortel finit par aller se coucher et le jeune homme vint se lover contre lui tout en dormant profondément. Le Capitaine se laissa doucement glisser dans les bras de Morphée.

Quand il s’éveilla au matin, Ianto constata que son amant dormait toujours et quitta silencieusement le lit pour aller faire du café. Lorsqu’il revint avec les tasses, il s’assit et posa la boisson pour caresser tendrement la joue de son aimé. Celui-ci ouvrit les yeux et le regarda en se mettant sur le dos.

– Tu vas mieux, fit-il en le fixant.
– Pourquoi, il y a eu un problème ? s’inquiéta le Gallois.
– Eh bien, mis à part que tu t’es endormi sitôt que nous sommes arrivés et que j’ai dîné seul…
– Tu aurais dû me réveiller ! le coupa le jeune homme.
– Tu semblais épuisé, j’ai préféré ne pas te déranger.
– Je suis désolé. Voilà encore une chose à me faire pardonner, fit-il taquin en posant ses lèvres sur les siennes.
– Ian, tu me le dirais si quelque chose n’allait pas !
– Bien sûr, quelle question ! Bon, c’est pas tout ça, mais nous sommes attendus à l’église, il faudrait penser à te lever.
– Je bois mon café et j’arrive, fit l’immortel.
– Très bien, je te sors tes vêtements et je vais prendre une douche.

Le Gallois finit sa tasse et alla ouvrir l’armoire pour choisir la chemise de son amant et la déposa avec son pantalon sur la chaise près du lit puis passa dans la salle de bain. Lorsqu’il en revint, le Capitaine venait de se lever et l’enlaça avant de l’embrasser tendrement puis s’écarta pour s’habiller.

– Jack, il faut que l’on aille chez Tosh.
– Pourquoi ? Elle n’est pas avec Owen ?
– Non, sa robe est chez elle, je dois l’aider à se préparer.
– Tu joues les petites mains ! fit l’immortel taquin.
– On peut dire ça. Tu peux me déposer chez elle ?
– Seulement si je peux aller avec toi !
– Pas question, tu le sais très bien. Mais si tu ne veux pas, je peux prendre un taxi.
– Mais non, je vais t’y emmener. Tu m’as l’air bien tendu dis-moi, ce n’est pourtant pas ton mariage.
– Non, souffla le jeune homme en baissant les yeux sur sa cravate.

Ils finirent de se préparer en silence et quand ils furent prêts, ils quittèrent l’appartement et montèrent en voiture. Le Capitaine déposa le Gallois chez son amie et rejoignit Owen qui avait passé la nuit seul.

Quand Ianto entra chez Tosh, celle-ci était déjà entre les mains de la coiffeuse et lui sourit. Il l’embrassa sur la joue avant d’aller déballer le paquet qu’il venait d’amener et posa la robe sur le lit.

Lorsque la jeune femme entra dans la chambre, il la laissa commencer à s’habiller avant de venir fermer le dos du vêtement. Elle retourna s’asseoir et Ianto apporta le voile qu’il confia à la coiffeuse.

Quand elle fut prête, Tosh se leva et tourna sur elle-même pour admirer le résultat et remercia son ami. Celui-ci était admiratif, la jeune femme était magnifique. Il lui présenta ses gants qu’elle enfila puis il prit le coussin avec les alliances que les jeunes mariés avaient retiré pour les confier au Gallois en prévision de la bénédiction. Il lui offrit son bras et la conduisit jusqu’à la voiture puis l’installa à l’arrière.

Les têtes se tournaient sur le passage du véhicule qui roulait à faible allure pour se rendre à l’église. Lorsqu’ils arrivèrent, les invités étaient déjà à l’intérieur ainsi que Owen et Jack, quant à lui, attendait à la porte pour accompagner la jeune femme jusqu’à l’autel.

En voyant le couple arriver, il sourit et baisa la main de son amie avant de lui offrir son bras. Ianto l’embrassa sur la joue par-dessus le voile et la laissa aux bons soins du Capitaine pour aller rapidement prendre sa place.

Au son de l’orgue qui jouait, Tosh avançait dans l’allée, au bras l’immortel. Elle était radieuse, mais personne ne pouvait encore le savoir, son visage étant occulté par un superbe voile en dentelle de Calais que le Gallois avait tout spécialement fait venir de France.

Sa robe, également choisie par Ianto, était un long fourreau blanc de satin et dentelle qui mettait sa fine silhouette en valeur.

Ses longs cheveux noirs étaient coiffés en un délicat chignon piqué de petites fleurs blanches qui lui donnaient un air de princesse de conte de fée.

Jack la sentit resserrer sa prise sur son bras et posa sa main sur ses doigts gantés pour la rassurer. Elle leva les yeux vers lui et lui sourit. Ils remontèrent l’allée, les invités les regardant passer. Arrivé auprès de Owen, le Capitaine prit la main de la jeune femme pour l’embrasser délicatement puis la donna au médecin qui le remercia d’un signe de tête. L’immortel vint prendre place à côté de Ianto qui n’arrivait pas à détacher ses yeux de son si irrésistible amant. Mais il devait réfréner le désir qui s’insinuait en lui, ce n’était ni le lieu, ni le moment de lui montrer à quel point il lui chamboulait les sens !

– Tu vas bien ? s’enquit le leader, tu me sembles sur le point d’imploser !
– C’est le cas, mais malheureusement pour moi, tu ne peux rien faire pour le moment, fit-il avec un coup d’œil coquin.
– Oh ! Je vois ! Aurais-tu envie d’aller visiter la sacristie ! dit-il avec un air amusé.
– Jack, je t’en prie !
– D’accord, je ne dis plus rien, fit-il avec une petite moue en prenant la main de Ianto.

Devant l’autel, le prêtre procéda à la bénédiction, le mariage religieux se déroulait sans la moindre anicroche. Tout était vraiment parfait et le bien-être se lisait sur le visage du futur marié devant Dieu. Toujours voilée, Tosh ressentait également un bonheur sans nom et ne vivait que dans l’attente de l’échange des anneaux.

Le père Erwen continua sur la déclamation des consentements, puis leur tendit les alliances qu’ils se passèrent en énonçant leurs engagements.

La jeune femme prit la main du médecin et glissa l’anneau, visiblement émue.

– Moi, Toshiko Sato, je te reçois comme époux et je te promets d'être fidèle dans le bonheur et dans les épreuves, dans la santé et dans la maladie, pour t'aimer tous les jours de ma vie.

Le médecin en fit de même après avoir retiré le gant de sa bien-aimée.

– Moi, Owen Harper, je te reçois comme épouse et je te promets d'être fidèle, dans le bonheur et dans les épreuves, dans la santé et dans la maladie, pour t'aimer tous les jours de ma vie.

Lorsque ce fut fait, le prêtre reprit la parole.

– Vous êtes maintenant unis devant Dieu et les hommes, vous pouvez embrasser la mariée, fit-il en regardant Owen.

Ce dernier souleva le voile, découvrant une Tosh radieuse, des larmes de bonheur coulant sur ses joues. Délicatement, il prit ses lèvres sous les flashs des appareils photos. Lorsqu’ils se séparèrent, ils se tournèrent vers l’assistance, en arborant un sourire chaleureux.

Jack regarda son amant pendant quelques instants, son regard brillait et visiblement, il tentait de retenir ses larmes. Il se pencha vers lui et déposa un baiser dans son cou.

– Crois-tu que nous pourrions…
– Jack, je t’en prie, nous sommes dans une église et c’est le mariage de Tosh ! le coupa-t-il.
– Je le sais bien, à quoi pensais-tu donc ! Je me disais que peut-être, dans quelques semaines…

Ianto se tourna vers lui, le dévisageant sans rien dire, essayant de se convaincre de ce qu’il venait de comprendre. Jack le prit dans ses bras et l’embrassa tendrement.

– Ian, voudrais-tu faire de moi l’homme le plus heureux de la Terre ? Veux-tu m'épouser ?
– Oui, souffla le Gallois, provoquant un sourire chez son compagnon. Oh oui, Jack !

Enfin, l’immortel accédait à son vœu le plus cher, bientôt, ils seraient unis, une larme coula sur sa joue et le Capitaine reprit ses lèvres sous le regard mi-amusé, mi-désapprobateur des personnes présentes. Tosh sourit et posa la main sur le bras de son mari, lui montrant leurs amis d’un geste du menton.

– Je crois que nous allons bientôt être invités à une fête, fit-elle en regardant les deux hommes.
FIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aviva94.livejournal.com/
Azaelia67
soigneur de myfanwy
avatar

Nombre de messages : 33
Personnage préféré : Jack Harkness
Personnage le moins aimé : Janeth
Pairing préféré : Jack/Ianto
Date d'inscription : 26/08/2010

MessageSujet: Re: Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17    Lun 6 Sep - 0:16

Waou, quelle superbe fic ! J'étais complètement prise dans l'histoire ! J'ai vraiment adoré, tout, l'intrigue, la longueur aussi, j'aime bien les longues histoires, y'a plus le temps de développer. Franchement, chapeau ! ^^ Juste la réaction de Ianto quand Jack l'a suivi à Londres, à l'hotel, qui m'a un peu choqué, très violent tout ça Shocked mais bon, ça s'intégrait bien dans le récit.

Bref, bravo ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aviva94
Conquête d'owen
avatar

Nombre de messages : 208
Age : 55
Localisation : Dans les bras de mon Capitaine...
Personnage préféré : Jack et Ianto
Personnage le moins aimé : Gwen
Pairing préféré : Jack/Ianto
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17    Lun 6 Sep - 6:56

merci beaucoup. C'est vrai, mais avec ce qu'il avait subi, il ne s'est pas maîtrisé No et qu'il a agi par jalousie excessive, mais il le regrette ensuite et le Capitaine le comprend.
La fic suivante est en chantier et elle sera au moins aussi longue que celle-ci, j'espère qu'elle te plaira aussi study À bientôt coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aviva94.livejournal.com/
Lisa49
soigneur de myfanwy
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 26
Localisation : En scéances de tirs avec mon capitaine...<3
Personnage préféré : Jack & Ianto
Personnage le moins aimé : Gwen
Pairing préféré : Jack/Ianto

Date d'inscription : 05/09/2011

MessageSujet: Re: Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17    Dim 18 Sep - 16:36

Génail!Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aviva94
Conquête d'owen
avatar

Nombre de messages : 208
Age : 55
Localisation : Dans les bras de mon Capitaine...
Personnage préféré : Jack et Ianto
Personnage le moins aimé : Gwen
Pairing préféré : Jack/Ianto
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17    Dim 18 Sep - 20:49

Ravie que cela t'ait plu Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aviva94.livejournal.com/
Lisa49
soigneur de myfanwy
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 26
Localisation : En scéances de tirs avec mon capitaine...<3
Personnage préféré : Jack & Ianto
Personnage le moins aimé : Gwen
Pairing préféré : Jack/Ianto

Date d'inscription : 05/09/2011

MessageSujet: Re: Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17    Lun 3 Oct - 0:13

Je le poste ici mais Aviva, je pense que tu fais les meilleures fics ici!: ))
(Désolée pour les autres, c'est très bien aussi.: D)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aviva94
Conquête d'owen
avatar

Nombre de messages : 208
Age : 55
Localisation : Dans les bras de mon Capitaine...
Personnage préféré : Jack et Ianto
Personnage le moins aimé : Gwen
Pairing préféré : Jack/Ianto
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17    Lun 3 Oct - 6:31

Je te remercie, mais d'autres écrivent très bien aussi Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aviva94.livejournal.com/
Lisa49
soigneur de myfanwy
avatar

Nombre de messages : 43
Age : 26
Localisation : En scéances de tirs avec mon capitaine...<3
Personnage préféré : Jack & Ianto
Personnage le moins aimé : Gwen
Pairing préféré : Jack/Ianto

Date d'inscription : 05/09/2011

MessageSujet: Re: Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17    Mer 5 Oct - 20:31

Oui, mais franchement, je suis fan de tes fics!: D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le désir dans la peau - Torchwood - Jack/Ianto - NC 17
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Aragone - Torchwood - Jack/Ianto
» Torchwood - Speed dating - Jack/Ianto - PG13
» Torchwood - Nuit étoilée - Jack/Ianto - PG 13
» Torchwood-On Christmas Day-Jack/Ianto-G
» Torchwood - Loto - Jack/Ianto - OS - PG13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Torchwood-Passion :: Fanfics :: Français-
Sauter vers: